Performance n°32 Legz

Legz "The Spaghettist" est le fruit de l’effondrement industriel Européen.
Comme de la mauvaise herbe, il a poussé parmi les ruines de cette civilisation agonisante,
à l’ombre polluée des cathédrales de fer et de béton que nos aînés avaient désertées depuis longtemps. 

Tournant le dos aux diktats du graffiti New Yorkais,
il a sillonné Paris et sa périphérie à la recherche de colosses endormis
qui n’attendaient que lui pour entamer leur dernier cycle de vie.
Il s’y est engouffré comme un seul homme, les poches pleines de Sparvars chromes et noires,
et méthodiquement, les a marqués de ses sigles barbares. Malgré les grilles, les piques et les cadenas, les murailles et les maîtres-chiens. Mais peu à peu, ces expéditions punitives sont devenues des rites initiatiques. De vandale, il s’est métamorphosé en explorateur, en archéologue des temps modernes, évoluant au sein d’une société secrète d’initiés. Il ne s’agissait plus de saccager ces sanctuaires, mais de les sublimer, de ré-enchanter l’enfer post-industriel qui nous avait enfanté. Ainsi, avant même que les mots “Urbex” ou “Street Art” ne soient prononcés et qu’Internet ne vulgarise nos terrains de jeux, Legz et quelques pionniers étaient aux avants postes de cette ruée vers l’or rouillé. à des années lumière de l’histoire de l’art, gratuitement et pour la beauté du geste. Il en a ramené des expérimentations, des sensations, des images et une pratique unique.

IMG_1707 IMG_1714